Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer cette page

Le métier de courtier d'assurances

Fiche métier , 17/07/2013

Le courtier ne vend pas directement de contrats d’assurances à ses clients. Il les aide à en acheter. En cela, son rôle de conseil est essentiel. Il a une connaissance appronfondie du marché de l’assurance, et se tient informé de ses évolutions.

courtier assurance | métier assurance
Le métier de courtier d'assurances

Commerçant inscrit au registre du commerce et des sociétés, vous représentez vos clients, pour le compte desquels vous recherchez, auprès des sociétés d'assurances, les garanties adaptées à leurs besoins et négociez les conditions de tarif en faisant jouer la concurrence. Vous pouvez être spécialisé dans certains domaines (construction, réassurance, prêts...). Pour vous installer, des conditions réglementaires sont prévues.

Vous avez un tempérament d'entrepreneur, le goût du relationnel et des qualités manageuriales. Vous souhaitez prendre les rênes d'une activité à la fois stimulante sur le plan financier et riche sur le plan humain.

  • conseiller les clients : après avoir établi un diagnostic de leurs risques, leur proposer les garanties adéquates et concevoir leurs contrats ; 
  • suivre les besoins des clients en fonction de l'évolution de leur situation personnelle ou professionnelle, et adapter en conséquence l'offre de produits d'assurance ou financiers ;
  • accompagner les clients, de la signature du contrat au versement des indemnités en cas de sinistre.
  • administrer et gérer votre entreprise de façon autonome ;
  • si besoin est, recruter, former et animer une équipe de collaborateurs.

Diplôme d'enseignement supérieur ou expérience professionnelle équivalente (en conformité avec les dispositions relatives à la formation prévue par la réglementation sur la présentation des opérations d'assurance).

Pour plus d’informations

consulter le site de la Chambre syndicale des courtiers d'assurances :

Le revenu du courtier dépend de son volant d’activité.

Votre évolution professionnelle accompagnera le succès de votre entreprise. L'augmentation de votre volant d'activité pourra s'effectuer grâce à une stratégie commerciale offensive, au recrutement de collaborateurs performants, au rapprochement ou rachat d'autres structures, à la spécialisation dans un ou plusieurs domaines porteurs, comme par exemple :

  • se spécialiser sur des produits ou des secteurs particuliers (voilier, spectacle…)
  • nouer des partenariats,
  • intégrer un réseau international.

Le courtier ne vend pas directement de contrats d’assurances à ses clients. Il les aide à en acheter. En cela, son rôle de conseil est essentiel. Il a une connaissance approfondie du marché de l’assurance, et se tient informer de ses évolutions.

Il aide ses clients à formuler leurs besoins et les guide dans le choix d’un contrat.

Indépendant des sociétés d’assurances, il sélectionne parmi les produits du marché les offres les mieux adaptées aux spécificités de ses clients. Dans sa pratique, il est également amené à innover en concevant des contrats sur-mesure pour répondre à des demandes particulières.

Il lance des appels d’offre auprès de sociétés d’assurances et négocie les conditions tarifaires.

Un cabinet de courtage a en général des spécialités.

Selon l’adage « on ne fait bien que ce que l’on aime », un courtier a tendance à se spécialiser dans les domaines dont il se sent proche : un tel fan de voitures de collection ou passionné d’art orientera son offre vers la garantie des risques spécifiques inhérents à ces activités.

Sens commercial, créativité reposant sur de solides connaissances juridiques, talent de négociateur, sont autant de qualités essentielles dans ce métier.

Etant aussi souvent chef d’entreprise, des qualités de managers et de gestionnaire sont alors nécessaires.

Pour devenir courtier il faut disposer d’une carte professionnelle que l’on obtient après validation d’une formation qualifiante.

La rémunération est constituée de commissions sur les contrats.

SOLVABILITÉ 2

Le chiffre clé

Placements des assureurs dans l'économie

1 125 Mds d'euros

C'est le montant des sommes investies par les sociétés d'assurances dans l'économie productive à fin 2013, représentant plus de la moitié de leurs actifs (58 % ).

Tous les chiffres clés