Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer cette page

Assurance : les résultats de l’année 2011

Assurance : les résultats de l’année 2011
Actualité , 26/01/2012

Lors de la conférence de presse du 26 janvier 2012, le président de la FFSA, Bernard Spitz, et le délégué général, Jean-François Lequoy, ont présenté les résultats du marché de l'assurance pour l'année 2011.

assurance française

En 2011, le chiffre d'affaires de l'assurance reste à un niveau élevé, avec des cotisations de 189,6 milliards d'euros. Après deux années de croissance en 2009 et 2010, les cotisations de l'assurance sont toutefois en baisse de 9 %.

Quant aux prestations (les sommes versées par les assureurs à leurs assurés), leur volume progresse de 16 % pour atteindre 162 milliards d'euros. Cette hausse est essentiellement due à l'augmentation des prestations versées en assurance vie.

 

Evolution des cotisations

 

Evolution des cotisations d'assurance en 2011

Résistance des assurances de personnes 

Les cotisations en assurances de personnes s'établissent à 141,6 milliards d'euros en 2011, en diminution de 12 %. Quant aux prestations, elles sont en progression (+23 %) et atteignent 129 milliards d'euros.

 

Evolution des assurances de personnes

 

Evolution des assurances de personnes en 2011

La collecte en assurances de personnes est majoritairement portée par les cotisations en assurance vie et capitalisation qui atteignent 124 milliards d'euros. Ce chiffre est en baisse de 14 % comparé à l'année précédente, mais reste légèrement supérieur à la collecte de 2008.

Les prestations en assurance vie ont augmenté de 25 % pour atteindre un niveau record de 116,4 milliards d'euros en 2011. Ces évolutions en assurance vie sont principalement dues à la crise financière, les épargnants ayant modifié leur comportement en conséquence (lire l'article « Assurance vie : focus sur les résultats de l'année 2011 »).

 

Le taux de sortie* de l'assurance vie en 2011 (8,5%) est comparable à celui de 2008 (8,2%). Et la collecte nette (cotisations - prestations) est positive sur l'ensemble de l'année 2011 et s'élève à 7,6 milliards d'euros.

 

L'encours** des contrats d'assurance vie continue de progresser en 2011 de 22 milliards d'euros.  A titre de comparaison, la crise financière de 2008 avait eu une répercussion plus forte sur l'encours des contrats d'assurance vie qui était resté  stable par rapport à 2007.

 

Enfin, l'assurance vie conforte sa place de premier pilier de l'épargne longue en France. Elle représente 56 % des placements financiers à moyen et long terme (estimés à 2 500 milliards d'euros pour 2011). Elle maintient également sa deuxième place en Europe, après l'assurance vie britannique.



Assurance vie : "la collecte nette est positive... par ffsa-webtv

 

Croissance des assurances de biens et de responsabilité

Les cotisations des assurances de biens et de responsabilité s'élèvent à 48 milliards d'euros en 2011. Avec une progression de + 4% (contre +2,2 % en 2010), la croissance des assurances de biens et de responsabilité atteint un niveau record depuis 2004. Le marché des particuliers, qui représente 60% du chiffre d'affaire des assurances de biens et responsabilité, enregistre une hausse plus soutenue (+5%, contre +3% en 2010) que le marché des professionnels qui renoue avec la croissance (+3%, après -1% en 2010).

 

Cette progression du chiffre d'affaires s'explique par la hausse de la matière assurable (voitures, habitations...) et de sa valeur, par l'apparition de nouvelles garanties et de nouveaux produits, et par des augmentations de tarifs.

 

Cotisations par branches principales

 

Evolution des cotisations par branches principales en assurance de biens 2011

 

 

En 2011, la sinistralité s'améliore par rapport à 2009 et 2010, mais reste supérieure à celle de 2007 et 2008. Le montant global des prestations versées aux assurés atteint 33 milliards d'euros. Ce montant est en baisse de 5 % (après une progression de 11 % en 2009).

 

Alors que les événements climatiques d'envergure avaient pesé en 2009 (1,9 milliard d'euros pour les tempêtes Klaus et Quinten) et 2010 (2,1 milliards d'euros pour la tempête Xynthia et les inondations du Var), l'année 2011 a été relativement épargnée. Les inondations du Sud-Est en novembre et la tempête « Joachim » auront un coût de 600 millions d'euros pour la profession.

 

Constance de la gestion financière

L'ensemble des placements (en valeur de marché) des sociétés d'assurances est estimé à 1 713,1 milliards d'euros à la fin de l'année 2011 (en progression de +1,6 %). Ils représentent l'équivalent de 86 % du PIB (estimé à 2 000 milliards d'euros en 2011).

 

En 2011, l'allocation de ces actifs est restée favorable aux actifs d'entreprises (actions, obligations et immobilier), malgré la baisse des marchés boursiers. Fin 2011, les sommes investies dans les entreprises atteignent 925 milliards d'euros et représentent ainsi 54 % des actifs des sociétés d'assurances - avec 16 % (274 milliards d'euros) directement ou indirectement investis en actions. La profession renforce également son engagement d'investissement dans les PME à fort potentiel. Cet investissement atteint aujourd'hui 24,5 milliards d'euros. Malgré la crise, les assureurs confortent ainsi leur rôle d'investisseurs auprès des entreprises.

 

Les sociétés d'assurances participent également au financement de la dette de l'Etat français dont elles détiennent 16 %. Si l'on ne tient compte que de la dette détenue par les résidents, la part financée par les assureurs atteint même 46 %. Le poids des assureurs permet ainsi de maintenir en partie la dette du pays entre les mains d'investisseurs nationaux, ce qui favorise la stabilité des taux de long terme en France.



"L'assurance vie est le poumon de notre économie" par ffsa-webtv

 


  

*Le taux de sortie est obtenu en rapportant les prestations à l'encours de l'assurance vie.

**L'encours est la somme des provisions mathématiques et des provisions pour participation aux bénéfices. Les provisions mathématiques sont constituées par l'ensemble des sommes versées par les assurés sur leurs contrats d'assurance vie, ainsi que des intérêts acquis depuis l'ouverture de ces contrats. Les provisions pour participation aux bénéfices permettent aux assureurs de lisser les rendements des contrats d'assurance vie sur le long terme et de compenser en partie, le cas échéant, les mauvaises performances d'une année.